32e congrès du SCFP-Québec du 11 mai 2021

UN 32E CONGRÈS EN MODE VIRTUEL AU SCFP-QUÉBEC

Le 11 mai 2021 en après-midi, le SCFP-Québec a tenu le premier congrès virtuel de son histoire. Certes, ce congrès fut plus court que d’habitude, mais il a été ponctué de discours et d’élections d’importance.

Le présent bulletin vous est offert par le Service des communications comme un aperçu ou aide-mémoire et ne saurait prétendre être exhaustif.

Benoit Bouchard avait annoncé plus tôt cette année qu’il ne solliciterait pas de nouveau mandat comme président. Il prend une retraite bien méritée. Benoit a été élu président du SCFP- Québec lors du congrès spécial de 2020. Il avait occupé le poste de secrétaire général depuis 2016, et de vice-président représentant le Québec au Conseil exécutif national du SCFP depuis 2015.

Syndicaliste convaincu depuis toujours, il a contribué en 2000 à fonder le Syndicat des spécialistes et professionnels d’Hydro-Québec (SCFP 4250), dont il a assumé la présidence pendant 11 ans.

Bonne retraite, Benoit, et merci pour ta contribution exceptionnelle au mouvement syndical!

L’équipe du 32e congrès du SCFP-Québec

Benoit Bouchard : le rôle essentiel des membres, des militants et des personnes conseillères

Le président sortant du SCFP-Québec est revenu sur l’année difficile que nous avons tous vécue, mettant l’accent sur le rôle essentiel des membres, des militants et des personnes conseillères.

« Nous devons toujours rester vigilants et nous rappeler que certains consœurs et confrères y ont laissé leur santé, et même leur vie. Malgré les risques, on a fonctionné dans un contexte où les employeurs ne collaboraient pas toujours afin de protéger leur personnel. Sans les syndicats, il y aurait eu moins de mesures préventives et on compterait plus de morts. »

Patrick Gloutney, élu président du SCFP-Québec

Patrick Gloutney : des dossiers qui assureront notre avenir

Outre un rapport financier bien particulier, comme l’ont été les 15 derniers mois, le secrétaire général du SCFP est revenu sur certains dossiers importants, dont le projet d’assurances collectives et le transfert des conseillers du SCFP-Québec vers le National, à propos duquel il a dit croire« que cet arrangement est avantageux pour les trois parties et permet au SCFP-Québec d’assurer sa pérennité. »

Marc Ranger souligne la résilience des membres du SCFP

Le directeur québécois du SCFP se dit très fier des membres, des sections locales et du personnel du SCFP, qui ont fait preuve d’une résilience exceptionnelle ces 14 derniers mois. En exemple, il a premièrement cité les militants dans le secteur de la santé et des affaires sociales et de l’éducation. Il a noté que les représentants syndicaux dans ces milieux avaient perdu leurs libérations syndicales à cause de la pandémie et pourtant, ils étaient nombreux à toujours se battre pour la santé et la sécurité de leurs membres.

Voici un survol rapide des travaux de nos différents secteurs, qui se sont réunis en caucus dans les jours qui ont précédé le congrès.

Affaires sociales

Le très lourd bilan de la pandémie dans le secteur comporte des difficultés comme l’abus du droit de gérance, la détresse psycholo- gique, l’isolement et les troubles musculo-squelettiques. Mais du côté positif, on note une augmentation de la participation aux assemblées syndicales.

Communications

Nos membres constatent que le recours à la sous-traitance, souvent effectuée à l’extérieur du pays, fragilise nos emplois et soulève des inquiétudes quant à la protection des données personnelles. D’ailleurs, l’année dernière, le CPSC a lancé une campagne intitulée« Nos télécoms, nos emplois ».

Éducation

Le caucus a souligné que les prochaines semaines seront détermi- nantes dans la négociation des conventions collectives des employés du secteur public québécois. Les discussions ont mentionné les défis des décrets ministériels et des mesures sanitaires changeantes dans le secteur.

Énergie

Le caucus a élu plusieurs personnes dirigeantes. Mentionnons Stéphane Michaud, lequel devient vice-président du secteur au SCFP- Québec à la place de Sylvain Dubreuil, qui tire sa révérence après un mandat.

Municipal

Le secteur municipal entend intensifier la bataille contre le projet de loi 59 modifiant les règles de prévention et de réparation en santé- sécurité au travail, jugé rétrograde et pro-employeur. Il compte forcer l’inversion de certaines tendances, comme l’attribution de services municipaux à des organismes à but non lucratif (OBNL).

Mixte

Le secteur relèvera cette année le défi de la fusion de La Capitale et de SSQ Assurance dans le monde de l’assurance générale et collective, qui constitueront Beneva.

Sociétés d’État et organismes publics québécois

La rencontre a été l’occasion de discuter de l’avenir du secteur, durement frappé par la pandémie. Le secteur a souhaité la bienvenue aux consœurs et confrères de la SQDC en son sein.

Transport aérien

Les personnes déléguées du transport aérien ont déploré les effets dramatiques de la crise sanitaire sur les travailleuses et travailleurs de l’industrie. Elles constatent tristement que les mesures gouvernementales ont nettement favorisé les transporteurs au détriment des personnes salariées.

Transport maritime

Les représentants du secteur ont longuement discuté de la grève des débardeurs du port de Montréal (SCFP 375). La grève était une réponse aux moyens de pression imposés par l’employeur. Le gouvernement fédéral a joué le jeu de l’employeur et voté une loi forçant le retour au travail que le SCFP va contester.

Transport terrestre

Le caucus a souhaité la bienvenue aux nouvelles sections locales du secteur, notamment à la Société de transport de l’Outaouais (SCFP 5910) et d’autres groupes issus de transporteurs privés, dont des chauffeurs d’autobus scolaires.

Universitaire

Comme c’était le cas dans les autres caucus, le secteur universitaire a émis ses recommandations pour l’élection de personnes au Bureau et au Conseil général du SCFP-Québec, ainsi qu’au Conseil général de la FTQ. Les candidats aux postes de dirigeants du SCFP-Québec y ont pris la parole.

Mark Hancock : un gouvernement fédéral qui laisse à désirer

Le président national du SCFP, Mark Hancock, a vivement dénoncé les actions timides du gouvernement Trudeau qui a tardé à venir en aide au secteur aérien. Lorsque cette aide est finalement arrivée, il n’y avait rien pour les agents de bord.

Il a également reproché au gouvernement fédéral sa loi spéciale contre les débar- deurs du port de Montréal. M. Hancock a cependant remercié le NPD qui a amendé cette loi spéciale afin de rendre l’arbitrage plus équitable.

 

 

Haut de la page  ›