Archives pour la catégorie Non classé

Communiqué de presse du 19 mars 2017

Gatineau, le 19 mars 2017

 

Le Syndicat uni du transport, unité 591, désire informer la population qu’il entend exercer son droit de grève mardi le 21 mars 2017, et ce, pour toute la journée.

 

Nous rappelons à la population que si la Société de transport de l’Outaouais acceptait la recommandation du médiateur du 2 mars 2017 à l’effet de soumettre l’impasse de la négociation du renouvellement de la convention collective à un arbitre de différend ceci permettrait de mettre un terme au conflit de travail et aux moyens de pression et de réinstaurer la convention collective jusqu’à ce qu’une décision de l’arbitre soit rendue.

 

 

 

 

Félix Gendron

Président syndicat uni du transport

Local 591

Communiqué de presse du 17 mars 2017

 

Le Syndicat des chauffeurs et employés de l’entretien de la Société de transport de l’Outaouais désire faire le point suite à la publication dans les médias d’une lettre de Me Jean-Jacques Rainville, porte-parole de la Société de transport de l’Outaouais datée du 16 mars 2017.

 

En effet suite à la réception de cette lettre, le Syndicat a mandaté Me Josée Moreau d’informer Me Rainville des éléments suivants :

 

Qu’une simple écoute de l’émission du 16 mars 2017 « Que l’Outaouais se lève » de l’animateur Michel Lapointe démontre que les informations contenues dans la lettre de Me Rainville du 16 mars 2017 sont totalement fausses.

 

En effet, Monsieur Gendron a répété à maintes reprises pendant l’entrevue la même position syndicale que celle qui avait été transmise lors de la rencontre du 15 mars 2017 devant le médiateur, à savoir :

 

 Demander à la Société de transport de l’Outaouaisd’accepter la proposition du médiateur à l’effet de soumettre l’impasse de la négociation du renouvellement de la convention collective à un arbitre de différend, lequel devra décréter le contenu de la convention collective selon la règle de la dernière offre meilleure offre, et ce, en trois (3) parties :

 

• Articles et annexes visant les chauffeurs ;
• Articles et annexes visant les employés de l’entretien ;
• Articles et annexes mixtes.

 

 Tel que mentionné par le médiateur cette acceptation de la part de la Société de transport de l’Outaouaispermettrait de mettre un terme immédiatement au conflit de travail et de réinstaurer la convention collective jusqu’à ce qu’une décision de l’arbitre soit rendue.

La Société de transport de l’Outaouais a refusé l’offre du médiateur le 2 mars 2017 et le 15 mars 2017.

 

En effet, le 15 mars 2017, Me Rainville a mentionné ne pouvoir accepter l’offre du médiateur en raison du fait qu’il n’avait pas de mandat à cet effet et ce, malgré l’affirmation contraire de Monsieur Carpentier lors d’un point de presse le 6 mars 2017.

À cette même date, compte tenu de l’incohérence de la position de la Société de transport de l’Outaouais, Monsieur Gendron a tenté à plusieurs reprises de rejoindre Monsieur Carpentier en logeant un appel sur son téléphone portable, et ce, sans succès.

Monsieur Gendron a laissé un message dans sa boîte vocale, lequel est demeuré sans réponse.

L’obstination de la Société de transport de l’Outaouais à refuser l’offre du médiateur en alléguant le coût d’une telle démarche ne tient pas la route lorsque nous constatons l’utilisation abusive des deniers publics, et ce, dans plusieurs dossiers, telles la contestation d’une décision interlocutoire à la Cour d’appel fédérale et l’imposition d’une multitude de mesures disciplinaires.

Non seulement cette façon d’agir dégrade le climat nécessaire aux bonnes relations de travail, mais démontre que la réelle intention de la Société de transport de l’Outaouais n’est pas de négocier de bonne foi mais bien de miner la crédibilité du Syndicat.

De plus, le Syndicat est convaincu que si la Société de transport de l’Outaouais croit profondément que les offres syndicales sont à ce point déraisonnables elle devrait, pour le bénéfice de la population, ne pas hésiter à ce qu’un arbitre dispose du différend qui nous oppose.

La position syndicale est simple et claire.

Le Syndicat constate que malgré la clarté de sa position, une rencontre entre les porte-paroles est nécessaire afin d’évaluer si des solutions sont envisageables.

À cette fin, le Syndicat a mandaté Me Moreau de faire le nécessaire auprès de Me Rainville afin qu’une rencontre ait lieu le plus rapidement possible.

 

 

Félix Gendron

Président syndicat uni du transport

Local 591

PROCÉDURE SUITE AUX CHANGEMENTS DE L’EMPLOYEUR

Suite à l’avis distribué aux chauffeurs et employés de l’entretien du 24 janvier dernier, concernant le refus de toutes nouvelles demandes;

De congé mobile

De temps compensé

De congé sans solde

D’échange de journée entre employé

De journée donné

De vacance

Ainsi que la suspension de la garantie d’heures qui ne s’applique plus aux chauffeurs qui sont retournés à la maison en raison d’un manque d’autobus (selon l’employeur).

L’exécutif vous demande de compléter les différents formulaires sous le lien ici-bas. Il est possible de vous d’imprimer le formulaire ou de le remplir en enregistrant le document et après coup vous pouvez y inscrire les informations requises. Par la suite nous les faire parvenir par courriel sec591@sto.ca . Si il est impossible pour vous d’en imprimer des copies veuillez-vous référer aux sentinelles qui en auront quelques copies. Des copies seront aussi disponibles  au bureau du syndicat.

********* Lorsque vous inscrivez qui a refusé votre demande notez bien la date à laquelle la demande vous as été refusé dans ce même onglet********

Cliquer ce lien pour voir la page formulaire.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Gatineau le 25 janvier 2017

Le Syndicat uni du transport, unité 591, lequel représente les chauffeurs et employés de l’entretien tient à informer les membres des médias des éléments suivants.

Les membres du Syndicat ont été informés depuis hier matin que plusieurs autobus fonctionnels et non défectueux sont immobilisés par la Société de transport de l’Outaouais (STO) ce qui prive les usagers de plusieurs voyages habituels.  Les autobus 0601, 1306, 1408, 1602 et 1404 sont notamment immobilisés depuis ce matin dans les garages de la STO.

Le Syndicat conteste également les affirmations de ce matin de la STO qui, par le biais de sa porte-parole Mme Céline Gauthier, affirmait que la procédure de renvoyer les chauffeurs qui ne peuvent travailler en raison d’un manque d’autobus est  la même en l’absence de moyens de pression.  Cette affirmation est inexacte.  Jusqu’à l’envoi du préavis de grève, les chauffeurs ont toujours été payés même en l’absence d’autobus disponibles.

Les membres du Syndicat ont été informés en date d’hier le 24 janvier 2017 que la STO entendait refuser systématiquement notamment toutes demandes de vacances, de congés mobiles, congés compensés, congés de maladie sans remise de certificat médical ainsi que l’ensemble des demandes de libérations syndicales (relèves) incluant les demandes de libérations pour les membres du comité de négociation.  Le Syndicat examine actuellement quels sont les moyens appropriés afin de contester cette décision de la STO et de s’assurer que les droits de ses membres sont respectés.

Le Syndicat se questionne par ailleurs sur les intentions réelles de la STO, elle qui affirmait par le biais de son président Gilles Carpentier la semaine dernière qu’elle avait l’intention de négocier « jour et nuit » ainsi que « huit (8) jours par semaine » alors que celle-ci refuse actuellement toutes les demandes de libérations syndicales, incluant celles des membres du comité de négociation.

Le Syndicat déplore à nouveau que la STO consacre temps et argent et multiplie les litiges avec le Syndicat alors que l’ensemble des énergies devraient être consacrées à la négociation entourant le renouvellement de la convention collective.

 

Félix Gendron

Président syndicat uni du transport

Local 591

 

 

MISE AU POINT

POLITIQUE CONCERNANT BILLET MÉDICAL

Que faire si vous devez vous prévaloir d’une journée d’une voiture dans votre banque de maladie.

-À votre retour, aller voir votre GAE (Gestionnaire à l’exploitation) en présence d’un représentant syndical pour motiver votre absence.

Étant donné les circonstances, si vous avez un billet médical, donner une copie du billet à l’employeur et une photocopie au syndicat.

Pour ce qui est des RENVOIS DE CHAUFFEURS à la maison par manque d’autobus (selon l’employeur), vous devez:

-Prendre en note le nom de la personne qui vous renvois à la maison, la voiture que vous deviez effectuer ainsi que les heures de celle-ci. De plus notez votre heure de départ.

-Au prochain dépôt de la paie, si il y a des heures manquantes sur votre paie, vous devez sois faire parvenir par courriel à sec591@sto.ca ou passer au bureau du syndicat pour en faire une photocopie.

LE SYNDICAT SE RETIRE DE LA TABLE DE NÉGOCIATION!

Gatineau, le 6 janvier 2017

Le Syndicat uni du transport, local 591, qui représente les chauffeurs et employés de l’entretien de la Société de transport de l’Outaouais (STO), souhaite informer les membres des médias des évènements récents survenus dans le contexte des négociations entourant le renouvellement de la convention collective.

 Depuis le 14 décembre 2016, les parties poursuivent leurs discussions et sont accompagnées par un médiateur nommé par le Service fédéral de médiation et conciliation.  Un mandat de grève a été donné à l’exécutif syndical le 11 décembre 2016, à 98.3%.  Le Syndicat est actuellement en attente d’une décision du Conseil canadien des relations industrielles qui devra déterminer si des services doivent être maintenus en cas de déclenchement d’une grève, et ce, afin de prévenir des risques graves et imminents pour la santé et la sécurité du public.  Les plaidoiries finales dans ce dossier auront lieu lundi le 9 janvier prochain.  Lire la suite

MISE AU POINT (9 SEPTEMBRE 2016)

Le syndicat désire vous informer que nous déplorons les propos diffamatoires de la direction générale contenus dans le document intitulé « L’Articulé » du 8 septembre 2016 où celle-ci affirme :

« …le président du syndicat prétend que la STO offre des baisses salariales et que pour 1 ère année, l’augmentation salariale serait de 0%. Cette information est fausse ce n’est pas ce que l’employeur a offert »

Or, tel qu’il appert de la photocopie ci-annexée du dépôt patronal, il est plus qu’évident que dans le premier dépôt l’offre d’augmentation salariale pour le 1er janvier 2015 était de 1.5% et que dans le deuxième dépôt aucune augmentation salariale n’est offerte.

En effet, l’employeur retire dans sa contre-offre l’augmentation salariale de 1.5% et lui remplace un forfaitaire équivalant à 1.5% de la rémunération pour l’année 2015.

Nous osons espérer que la directrice générale connaît la différence entre une augmentation salariale, laquelle a un impact sur la rémunération future des salariés et l’octroi d’un forfaitaire, lequel ne constitue pas une augmentation salariale.

De plus, nous espérons que la directrice générale sait que lorsque l’employeur modifie sa position sur la portion qu’il assume pour les primes d’assurances soit de 92% à 80% cela engendra une perte de salaire pour les salariés.

L’exécutif est à analyser les recours à entreprendre face à la stratégie patronale de porter atteinte à la réputation du président et du syndicat et à la tentative de s’ingérer dans les affaires syndicales.

Votre exécutif

Lien

Après avoir discuté avec certains d’entre vous, nous croyons qu’il est important d’apporter les précisions suivantes :

D’abord, il est important de bien comprendre que malgré le fait que l’arbitre ait conclu dans sa décision que l’employeur avait contrevenu à la convention collective en prélevant sur vos paies un montant de 4,19 $ par semaine, celui-ci a aussi décidé, au paragraphe [127] que :

« la bonne foi de l’employeur n’est pas mise en doute par la présente décision. »

Lire la suite

Précisions concernant la décision concernant le Compte Santé

Après avoir discuté avec certains d’entre vous, nous croyons qu’il est important d’apporter les précisions suivantes :

 D’abord, il est important de bien comprendre que malgré le fait que l’arbitre ait conclu dans sa décision que l’employeur avait contrevenu à la convention collective en prélevant sur vos paies un montant de 4,19 $ par semaine, celui-ci a aussi décidé, au paragraphe [127] que :

 « la bonne foi de l’employeur n’est pas mise en doute par la présente décision. »

Lire la suite

Décision du GRIEF « COMPTE SANTÉ »

Décision arbitrale

C’est avec plaisir que votre exécutif désire vous informer d’une autre grosse victoire du Syndicat face à la S.T.O.

En effet, le 15 juillet 2016, l’arbitre, Me Jean Alain Corbeil, confirmait dans une décision, que l’employeur n’avait pas respecté la convention collective en prélevant sur vos paies, un montant de 4,19 $ par semaine afin de payer le compte de remboursement de soins de santé (CRSS).

L’employeur doit donc rembourser à chacun des salariés les prélèvements illégaux sur vos paies, et ce, avec intérêts et l’indemnité additionnelle, le tout rétroactivement au 14 juin 2014.

Cette décision fait suite aux deux autres décisions rendues les 30 septembre 2015 et 27 avril 2016 où des arbitres ont encore une fois constaté et décidé que l’employeur ne respectait pas la convention collective, et ce, malgré le fait que la S.T.O. avait déjà perdu dans le passé sur des questions très similaires.

 De toutes évidences, la S.T.O. a beaucoup d’argent à dépenser en frais d’avocats et ne considère pas le syndicat comme un partenaire important à la S.T.O. comme son président, Monsieur Gilles Carpentier l’avait mentionné, aux médias lors du dévoilement du résultat du diagnostic organisationnel en mai 2015.

 On se rappellera que le document présenté aux journalistes lors de cette présentation médiatique plaçait les relations patronales-syndicales comme une priorité!!

Vous pouvez consulter la décision de Me Corbeil du 15 juillet 2016 ci-haut mentionnée


.